La terre est un être vivant 7

Publié le par rouzic-aborigeneries

LA TERRE EST UN ËTRE VIVANT 7

 

Denis Gabor, prix Nobel de physique pour les rayons laser en 71, reprend les anciennes expériences d'Alexander Gurwitsh qui avait montré en 1926 que des transmissions d'informations de multiplications cellulaires entre des racines d'oignons séparées en deux tubes de verre par une fenêtre en quartz, étaient indéniables, que ces informations étaient probablement portées par des ondes électromagnétiques qui passent dans l'air, dans la terre, mais pas au travers du verre. Pour lui ces ondes sont dans les ultraviolets mais, lui aussi comme d'autres chercheurs, n'avait pas les outils de mesure assez précis pour le prouver.

C'est donc près de 50 ans plus tard que Gabor pu lui rendre hommage pour cette pré-découverte, et effacer ainsi les querelles de scientifiques qui en venaient aux mains à Berlin dans les années 30 à propos des travaux de Gurwitsh considéré par certains comme un fumiste. Sa fille, en 81, a repris les travaux de son père et de Gabor pour préciser encore. Les cellules se parlent, c'est bien de l'ultraviolet qui porte les informations, et ce rayonnement provient des cellules elles mêmes.

 

Maintenant je vais aborder la partie de la conférence qui m'a le plus marqué, et qui est une véritable démonstration du fondement scientifique de l'homéopathie.

 

 

 

Cyril w.Smith est physicien, professeur à Salford près de Londres. Il est frappé de rencontrer dans le personnel universitaire des personnes qui dérèglent sans le savoir des appareils très sensibles aux champs électomagnétiques rien qu'en passant devant(ça vous arrive peut-être à vous aussi comme moi, près de certains postes de radio). Chez certaines personnes, c'est hyper sensible, il affine ses observations et s'aperçoit que toutes ces personnes sont extèmement allergiques à divers substances chimiques ou alimentaires. Il est déjà convaincu de l'existence d'onde électomagnétiques dans les systèmes vivants. Il décide alors de mettre en place un programme de recherches dans un hopital de Londres avec la collaboration de deux allergologues.

Il installe dans une grande pièce un gros générateur d'ondes électomagnétiques capable de produire des champs de 0 hrtz à 10 gigahertz(10 milliards de hertz). Il soumet les personnes allergiques à ces champs d'ondes et balaie progressivement les fréquences. A un moment donné, et pas le même pour tout le monde, la personne déclenche sa réaction allergique. Il y a donc une fréquence excitatrice. Il continue le balayage et à un autre moment, la manifestation de l'allergie disparaît. Il y a donc une autre fréquence qui est cette fois inhibitrice. Pour chaque personne avec les fréquences qui lui sont propres, et c'est reproductible.

Il ne connait rien à l'homéopathie, mais il a l'idée géniale de faire des dilutions au 1/5ème des allergènes correspondants aux patients (pollens, lait, sucre, blé...)

Il reprend ses expériences et met ses patients en présence de leur allergène sous forme de dilutions. D'abord au 1/5ème, puis 1/5ème de la précédente et ainsi de suite...vous devinez ? A une certaine dilution la personne déclenche sa réaction(fréquence excitatrice) et à une autre dilution la réaction se coupe ou au moins s'ammenuise nettement(fréquence inhibitrice).

Il poursuit raisonnement et expériences, il combine les deux systèmes. Déclenchement par la dilution, inhibition par le générateur d'ondes, ou l'inverse, ça marche, c'est mesurable, et c'est reproductible. Les mesures s'affinent, il constate l'incroyable sensibilité de la plupart des allergiques, qui déclenchent parfois leurs crises quand ils sont dans la salle d'attente et que le balayage de fréquences pour le patient d'à côté passe sur la sienne. La salle d'attente a été transférée 2 étages au-dessus du laboratoire test !

Le générateur de l'époque est très volumineux, non transportable, impossible non plus de fabriquer des milliers de dilutions personnalisées pour chaque patient...il va trouver une solution chez les homéopathes qui ont eu des résultats avec de l'eau irradiée pour soigner des grands brulés par des rayons gamma.

Pour un patient donné, il va régler le générateur sur la fréquence inhibitrice de l'allergène, mettre la spire autour d'un verre d'eau pure et ainsi irradier l'eau. Le patient repart avec son petit flacon et si la crise d'allergie se déclenche, il n'a besoin que de mettre le flacon au contact de la peau, nul besoin de la boire, elle est devenue un générateur d'ondes électomagnétiques !

C'est la mémoire de l'eau que Benvéniste reprendra quelques années plus tard.

Smith était très malin, avec ses flacons d'eau irradiée, il a pratiqué la méthode en double aveugle, tantôt il donnait de l'eau irradiée à la bonne fréquence, tantôt de l'eau non irradiée. Smith et ses collaborateurs ont pu tirer, entre autres, les conclusions suivantes :

  • l'allergie comme tout processus vital met en œuvre des ondes électomagnétiques internes et externes au patient.

  • Ces ondes se situent entre 0 Hz et 10 GHz.

  • l'eau est capable de mémoriser et irradier pendant 6 semaines.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article