La terre est un être vivant 8

Publié le par rouzic-aborigeneries

LA TERRE EST UN ËTRE VIVANT 8

 

Faisons le point des articles précédents.

 

1 -à propos des cellules

 

On sait maintenant que les cellules émettent des ondes électromagnétiques, qu'elles en reçoivent. Les cellules se parlent souvent en utilisant des ondes ultraviolettes, infrarouges ou autres.

Pour donner une image simple, on peut comparer cela au système d'écoute musicale moderne de salon. Des installations sans fils entre l'amplificateur et le récepteur(les baffles), l'information est transportée par les infrarouges de l'un à l'autre parce que les deux appareils sont fabriqués pour qu'ils puissent se comprendre.

 

Dans la vie de tous les jours, quand la communication passe mal, on dit que l'on est pas sur la même longueur d'onde, mais il faut penser la même chose pour nos cellules, elles se parlent, mais parfois les parasites autour d'elles pertubent la communication. Ce sont des pollutions qui peuvent être :

-électomagnétiques externes, telluriques, gamma, rayons x...

-électromagnétiques internes, provenant du cerveau, grosses émotions, dépressions …

-chimiques d'ordre environnementales ou alimentaires...

 

Une autre image évoquée par Jean-Marie Danze est celle du petit émetteur contenu dans une sonde spatiale de 60cm de long, qui tourne autour de la planète Jupiter et qui envoie une telle densité d'informations que les spécialistes disent qu'il faudra 5 à 6 ans pour tout décoder. Il y a donc à quelques km....un tout petit émetteur qui émet sur une longueur d'onde particulière un langage qui va traverser l'espace avec ses perturbations, ses obstacles et qui va être écouté par un récepteur sur la Terre parce qu'il a été conçu pour n'écouter que cette longueur d'onde.

 

2 -à propos de la maladie

 

Après tout ce que vous venez de lire dans les articles précédents, vous comprenez bien que nous sommes devant deux conceptions de la maladie. D'une part un premier modèle académique, plutôt européen, et d'autre part un modèle beaucoup plus ancien(rappelez vous des outils médicaux tibetains et des inscriptions sur les temples égyptiens cités dans l'article 6), renforcé et expliqué grâce à des chercheurs en avance sur leur temps dans les années 20 du XXème siècle.

 

Le prermier s'appuie sur sur la biochimie moléculaire, la maladie est considérée comme le résultat de réactions moléculaires perturbées et, plus récemment dans d'autres cas, comme le résultat d'anomalies génétiques. C'est là tout le domaine de la recherche médicale classique, qui impose par l'intermédiaire des facultés les productions de l'industrie pharmaceutique qui représente des sommes d'argent astronomiques.

Le deuxième modèle est plutôt biophysique, ce sont souvent des physiciens qui ont fait avancer cette voie, certains d'entre eux devenant médecins par la suite. Les êtres vivants sont entourés de champs magnétiques indispensables (même si dans certains cas ils deviennent perturbateurs). Les cellules de ces organismes vivants communiquent avec le monde extérieur et communiquent aussi entre elles par l'intermédiaire de leurs circuits oscillants (les émetteurs).

Quand les communications sont perturbées, il n'y a plus de résonnance entre les circuits. C'est comme si votre poste de radio marchait toujours mais vous ne pouvez plus capter france info.

La maladie n'est pas forcément localisée à l'organe sensible, celui ci peut être perturbé par des informations reçues d'un autre organe qui est à l'origine du dérèglement. Les anomalies génétiques semblent maintenant ne plus échapper à ce raisonnement.

Mais heureusement les deux modèles peuvent coexister. Après tous les scandales autour de certains remèdes-poisons, les effets secondaires cachés ou mal interprétés, on peut espérer une vigilance accrue et un ciblage plus pointu des molécules soignantes. D'autre part les appareils modernes issus des recherches mises en avant dans les pages antérieures, sont capables d'affiner totalement l'effet du médicament sur LA personne. Je vous en parlerai dans le prochain et dernier épisode.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article